Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Rechercher

26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 11:00

Octavie, vieille fille, vivait chichement: une vache, quatre chèvres, quelques poules, des
lapins constituaient le cheptel de la ferme, auquel on pouvait ajouter Finette la chienne. Son
voisin Martial, brave homme, lui rendait service quand il le pouvait.


capitaine-retrait-.jpg                                                        Martial


Depuis quelques temps, elle le sollicitait, car la Rousette était amoureuse, éra de biéou (vo lu bo), autrement dit était en chaleur.
Martial mène moi cette bête au taureau, je t'en prie tu n’en auras pas pour deux heures de temps.
Mais Martial, bien occupé avec sa femme, passait un jour, passait un autre, ne faisait rien.
L’an dernier son ami le Pétrus avait mené son bouc pour Mésange et Bergeronette les deux chèvres d’Octavie (qui aimait bien les oiseaux).
Finalement, il conseilla à l'Octavie de faire venir l'inséminateur.
Il fallait en finir. Il faut être moderne que diable ! Octavie ne comprit rien aux explications et
arguments de l'insémination artificielle, ou plutôt, comprit mal l'affaire.
Elle retint qu'il fallait un seau d'eau, du savon, un torchon. Elle chargea Martial de convoquer
l'homme de l'art, qui se présenta le lendemain matin.




























Celui-ci arriva à la Reculas à pied, la route goudronnée n’arrivait pas jusque chez sa cliente ; il enjamba le muret de pierres sèches encombré de débris de char : des grosses barres de ridelle, une échelette de devant, un moyeu de roue : mais qu’est ce que c’est que ce commerce ?
Il s’entrava dans un sillon mal labourée recouvert de chaume et de là aperçut la ferme d’Octavie avec son toit de chaume.
Dès qu'il posa le pied dans la cour de la ferme, Octavie alla au devant de lui et le toisa et lui dit : Ah ! C'est vous le taureau, je ne veux pas voir faire ces sâloperies. La Rousette est attaché dans l'étable.
Le petit volet du fenêtron est ouvert vous ne vous ébornicoterez pas à travailler à
l’aveuglette .Vous trouverez un seau d'eau et un torchon à côté. En entrant à gauche il y a un clou après le trou pour pendre vos culottes. Quand ce sera fini, vous viendrez vous faire payez.
L'inséminateur n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche; sur ces bonnes paroles, Octavie fit demi
tour et, la Finette sur ses talons, regagna la maison. La suite de l'opération s'effectua sans
incident notable.


                                      
Yves Fougerousse

                                                 L'inchéminataïre .

Octavià, viéyà drolà, viviao tchitsamin : younà vatsà, kètrè tchuori, caoki pouli , de lapî
consistuèvion la paradà de la borià, eukine poudièviao adzouta Finetà la tchenà . Son veje
Martial , brève ouome, li rindèviao sarvice can poudiao .
Despéi caoki tin , ila ou solissitèviao , paske la Roussetà éra amourouzà , éra de biéou
(vo lu bo ), aotremin di in tsalour .
Martial mèna me kela bétia eu tôrè , t'in predze . In euri pè pèr doué ouri de tin.
Mé Martial , bian eukiupa oub sa fenà , passèviao én dzour, péï l'aotre, faziao re.
L'an passo soun ami lou Pétrus ayao meno son bou (lou mortchïn,lou broukïn ,lou mèk ).
pér Lardenà ( sutserlà ) é Branlakouo ( bardzèrà ) li douaé tchuori (tsèbri) de l’Octavià ( k’émèvao be lu z euchaô ( au singulier : eussê ).
Finalamin conséyè a l'Octavià de fare venir l'inchéminataïre .
Tsaodiao in tsaba . Tsao esse moderne ke dièble ! Octavià compringuè re an li ésplicachu é
argumin de l'inchéminachu artifisièlà, ou pliuto , compringuè mao l'afar .
Retinguè ke tsaodiao én selou d'aïgà , de sèbon , na panà . Tsardzè Martial de convoca
l'ouome de l'ar , ke se prizantè lou lindemo mati .
Kelu tïe aribè vé la Retchiola ( La Retcholado ) a pé, la routà goudronadà (goudronâ) aribèva pè djusk’a tsé sa pratikà ; indzambè lou cao incombrô de débri de tsar : de palairi (épalantsou) , én èbre de davan (l'étchelètà , lou pa ), én bou ( ïn mouyu ) : mé k’i ako ke kele coumarce ?
S’étracolè dïin na troyà ( la som) atapadà de riteyu ( étrublou ) é d’atïe apèrsevedzè la borià de l’Octavià oub son lou paye .
Dè ke peuzè lou pé dïin la cour de la borià , l’Octavià anè eu devan de lïe é ou toézè é lïe dï :
A , couéi vou lou tôrè ! Ieu vole pè vire far akeli chalouparii . La Roussetà i itatsadà dïin l'itrèblà . Lou contravintou dao fenètron i badô :
vou zibornicoteré pè a trabaya a zazieutà .
Trèperé én seliou d'aïgà é in bouécho mouo ( tortsou , boduchon) a coutia . In intran a mansà (gôtsà ) , ou nio én kiavèr aprè lou traou ( partiu ) pèr pindre votri brayi . Can co sera tsaba vindré vou fare péya .
L'inséminatour agu pè lou tin de bada la boutsà , soubre keli bouni paoroli , l’Octavià faguè én
dïemi viron é la Finetà soubre su talon , reganiè la méïzou . La chuëtïà de l'opérachu s'efectuè sin inchidin notèble.

Vocabulaire : la bual , la rigole ; le bualon : une petite rigole, la bualotà : un postillon (et aussi d'autres projections comme une étincelle) ; la bualadà la traînée d'une rigole, la bualaéri la rigole par elle même.
A zazieute : à l’aveuglette ; s’éborniquoter : s’abîmer la vue en travaillant dans un lieu mal
éclairé


Yves Fougerousse

 
Quelques conseils de prononciation ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Paul - dans Patois Forézien
commenter cet article

commentaires

Marieluce 28/05/2010 21:43



C'est vrai que ce n'est pas vraiment "humain", ces pratiques-là !


Mais de là, à être pris pour un taureau ... Octavie exagère !


En tous cas, tu n'as pas l'aquarelle triste !



sisi 27/05/2010 13:14



Tu ne te prends pas la tête avec l'aquarelle ! j'adore ça , vite fait bien fait !!! Je n'arrive pas à me lâcher !@+